Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2010

Emmanuel Pierrat, Charles Juliet, Hélène Martin... seront heureux de vous rencontrer lors du Marché de la Poésie (stand F1 des éditions Des femmes-Antoinette Fouque, du 18 au 20 juin 2010, Place Saint-Sulpice)

Les éditions Des femmes-Antoinette Fouque vous invitent à rencontrer sur leur stand F1 (à l'occasion du Marché de la Poésie, Place Saint-Sulpice, 75006 Paris, 01.42.22.60.74)

 - Emmanuel Pierrat :Troublé de l'éveil, La Bibliothèque des voix / Vendredi 18 juin à 15h00

 - Françoise Collin, On dirait une ville / Samedi 19 juin à 15h00

 - Chantal Chawaf, Je suis née / Samedi 19 juin à 16h00

 - Charles Juliet et Valérie Dréville, J'ai cherché, La Bibliothèque des voix / Samedi 19 juin à 17h00

 - Jacqueline Merville, Presque africaine / Dimanche 20 juin à 14h00

 - Hélène Martin, Journal d'une voix, La Bibliothèque des voix / Dimanche 20 juin à 15h00

01/05/2010

Jérôme Serri a adoré le livre audio de Yves Bonnefoy (Magazine Lire de mai 2010)

bonnefoy.jpgLivres audio - Magazine Lire de mai 2010
 
La longue chaîne de l'ancre d'Yves Bonnefoy lu par l'auteur, Editions Des femmes-Antoinette Fouque, 2 CD (soirée à l'Institut Culturel Italien jeudi 6 mai à 19 heures autour et avec l'écrivain)
 
Très émouvant d'écouter Yves Bonnefoy, âgé de 87 ans, lire à haute voix ses écrits. "C'est un besoin, explique t-il dans la préface du livret. Le poème naît dans la voix. Il s'arrime à elle par la longue chaîne d'une ancre, son écriture." Pour entendre ce que veut dire l'auteur, sans doute convient-il de se souvenir que chacun n'entend sa voix qu'avec sa gorge et que c'est par elle qu'il prend physiquement conscience de l'étrangeté de sa condition. Légèrement blessée par le temps, la voix de cette lecture s'éprouve comme un lien entre l'obscurité qu'abrite toute vie humaine et la lumière du monde. "Etre dans l'étincellement comme une ligne de roseaux entre terre et ciel et là-bas, dans le sable, l'oiseau qui va mourir mais bouge encore." Yves Bonnefoy regarde le monde, comme font ces gens qui, assis devant leur maison, se laissent distraire par le spectacle de la rue. L'étonnement se fait libération du désir de savoir.
 
Jérôme Serri

01/03/2010

Un livre audio de Yves Bonnefoy (nouveauté Salon du Livre de Paris 2010)

livretbonnefoy_Page_1.jpgMARS 2010 - CD

 

NOUVEAUTE BIBLIOTHEQUE DES VOIX (Salon du Livre 2010) -  

LA LONGUE CHAÎNE DE L’ANCRE Office : 11 / 03 / 2010

Yves Bonnefoy - Lu par l’auteur

EAN : 3328140021196 - 2 CD, 27 €

« On dit

  Que des barques paraissent dans le ciel

  Et que, de quelques-unes,

  La longue chaîne de l’ancre peut descendre

  Vers notre terre furtive.

  L’ancre cherche sur nos prairies, parmi nos arbres,

  Le lieu où s’arrimer,

  Mais bientôt un désir de là-haut l’arrache,

  Le navire d’ailleurs ne veut pas d’ici,

 Il a son horizon dans un autre rêve. »

 

La longue chaîne de l’ancre, paru en 2008 (Mercure de France), rassemble poèmes en prose et en vers, faisant vivre le récit au centre même de la forme poétique. « Récit de rêve », c’est ainsi que l’auteur nomme l’écriture poétique en prose, qui occupe dans ce recueil une place essentielle. Yves Bonnefoy a rassemblé ici des inédits et des textes parus de 2001 à 2007, qui prennent ainsi la suite de Les Planches courbes (2001). « La longue chaîne de l’ancre » c’est ce lien puissant et énigmatique qui nous attache aux profondeurs de l’inconscient, lieu de l’esprit, lieu du vivant.

 

Yves Bonnefoy est l’auteur d’une œuvre considérable, poétique aussi bien que théorique, qui interroge sans relâche les rapports qu’entretiennent le monde et la parole. Son travail couvre de nombreux champs : poésie, critique, essais, histoire de l’art. Il est aussi le traducteur d’une très grande partie de l’œuvre de Shakespeare. Professeur au Collège de France de 1981 à 1993, il y était  titulaire de la chaire d’Etudes comparées de la fonction poétique. Il a reçu le prix Franz Kafka à Prague en 2007, et son œuvre est traduite dans une trentaine de langues.  

26/06/2009

Le Cahier Critique de la Poésie admire Catherine Weinzaepflen (article d'Anne Malaprade)

Cahier Critique de la Poésie n°17
Par Anne Malaprade
Catherine Weinzaepflen
Le Temps du tableau
Des femmes
156 p., 15,00 E

IMG_0298.JPG

Triptyque hybride, puisqu'il réunit des textes de genre varié - poèmes, scènes théâtrales, lettre - , ce livre regroupe des fragments écrits sur plusieurs années. Le Temps du tableau, c'est avant tout ce temps de l'écriture qui sait, si justement, prendre son temps. En effet, la langue de Catherine Weinzaepflen est une langue au repos, qui goûte et prélève dans le temps ce qui lui permet de saisir la présence, celle des mots enfin accordés à l'expérience. Expérience qui peut être le voyage, la rencontre, la contemplation, la pensée de la non-pensée : ces états ou actes par lesquels la conscience se tient au bord du vide, tout près du monde et de l'Autre, et pourtant, irrémédiablement solitaire. Ni le temps ni le tableau ne sont indemnes : leurs blessures quelquefois invisibles, paisibles même, touchent jusqu'à l'écriture. La légèreté du vers n'est qu'apparente : coupé et coupant sans être incisif, il décape les couches du temps qui pourraient fossiliser l'émotion. Et cette dernière provient de la coexistence des temps que cette écriture verticale découpe et suture tempo continu. Temps mêlés et démêlés, tableaux vivants, images fixes ou mouvementées, scènes vues, peinture sur pellicule, cadres de vie : les tableaux voyagent dans une temporalité intime qui articule ce que voir veut dire, ce que voir dit, puisque "les mots, la vie des mots / sont ma survie".

Notre plus grande poétesse dans "Action poétique" ! (par Henri Deluy)

Action Poétique n°193
Par Henri Deluy
 
Le temps du tableau
Un livre superbe, surprenant, de Catherine Weinzaepflen. Une écriture qui recrée, dans une sensibilité retenue, un lyrisme de maintenant...
 
clip_image002.jpg
Trois parties : 1) suite de "tableaux", comme extraits d'un journal, mais sans continuité, brefs récits, intimité dans le rapport au monde, justesse du coup d'oeil (ce qui reste de Leningrad dans Saint-Pétersbourg, par ex., ou l'évocation de mon amie voleuse de briquet, ou encore il y a une jeune fille...) Finesse et apparente évidence de ce qui se voit, dans ce qui s'écrit... La réussite de la perception. Et le mot juste.
 
2) théâtre reconstitué, qui se regarde se mettre en place, en 22 scènes stupéfiantes de clarté. Une démonstration, par la simplicité, de la force subversive d'un "je" affranchi de toute préciosité, lorsqu'il se glisse dans ses propres sentiments, ne disparaît pas, ne s'impose pas.
 
3) "lettre", où se montre la délicatesse, ce que la délicatesse peut tirer de la précision du trait, avec cette tournure vers l'authentique que donne la légère distorsion, le minuscule écart de notation par rapport à ce qui s'attendait...
L'ensemble est écrit en vers libre ; l'unité de sens est découpée, scansion d'un langage courant, sans majuscules (pas même au début des poèmes), sans ponctuation, avec des parenthèses. Plaisir au poème et à l'intelligence du poème, dans la fascination, la profondeur et la durée.

23/04/2009

Soirée Roger Dadoun (poésie & psychanalyse & philosophie), mardi 28 avril à 18 h 30 : venez nombreux !!

RD par RV0003.JPGBIENVENUE A LA SOIREE DU MARDI 28 AVRIL, OU ROGER DADOUN SAURA VOUS ENCHANTER... (rendez-vous à 18 h 30 au 35 rue Jacob)
POESIE POUR POETES DE ROGER DADOUN

DES FEMMES / DES POÈTES
RENCONTRE-LECTURES
Mardi 28 avril 2009, à 18h.30 Espace des Femmes
ROGER DADOUN, philosophe, psychanalyste,
lira des extraits de ses poèmes :

Ouverture

Parade ISIAQUE pour la TRENTENAIRE
(poème publié dans le recueil depuis trente ans, des femmes éditent - 1974-2004) :
p.168-171. Le mouvement des femmes, légendaire (devant être lu) à l’ombre d’Isis créatrice.


1. Où N’ ÊTRE se célèbre
(De la Raison ironique, des femmes Antoinette Fouque)
p.23-27. De la condition humaine entre naître et n’être.

2. Exactitude mammaire – JUNG, FREUD, GRODDECK
(De la Raison ironique)
p. 161-167. Trois directions, et tirages, de la psychanalyse, entre corps et mystique.

3. pour Antonin ARTAUD
Le cru et la cuite, Le Momo en Tarahumara

(Europe, p. 63-72). Le cri et l’accro en la cruauté du poète.

4. pour Pier Paolo PASOLINI
Jeter son corps dans la lutte

(De la Raison ironique)
p. 181-186. Fin d’une « Chronique judiciaire : persécution, exécution » : le poète au corps massacré par la GénItalie.

5. pour Robert DESNOS
Langage dur à cuire

(Les Dits d’Eros, Via Valeriano, Marseille, p.69-76). Pour le poète surréaliste, alchimiste du Langage cuit, mort déporté à Teresin.

6. pour Henri MICHAUX
Ecoute, petit homme-trou

(Henri Michaux, Le corps de la pensée, Farrago)
p. 119-130. La saga d’homo erectus-sapiens

7. Tortue au visage d’EROS
(Les Dits d’Eros, Via Valeriano, Marseille)
p. 45-49. Achille et la Chélonienne de Zénon d’Elée : quand le lent et le vite s’opposent ventre à terre.

8. Nuits sans NUIT
(De la Raison ironique)
p.40-42. « O nuit, mère aux yeux noirs, mère universelle » (Péguy) – nuit procréatrice d’humanité.

Finale

Gravidité, Gravité, GRÂCE
(Penser avec Antoinette Fouque, Des femmes)
p.68-69. En finale, pour une neuve ouverture, en « gravidanse ».


Principales références

Aux éditions des femmes Antoinette Fouque :
De la Raison ironique, 1988.
Penser avec Antoinette Fouque (coll.), « Gravidité, Gravité, Grâce », 2008.
Depuis trente ans / des femmes éditent, Mémoire de femmes, 1974-2004 (coll.), 2004, « Parade isiaque pour la trentenaire ».

Autres éditeurs :
La télé enchaînée, Pour une psychanalyse politique de l’image, Homnisphères, 2008, 352 p.
L’homme aux limites, Essais de psychologie quotidienne, Homnisphères, 2008, 288 p.
Paolo Uccello/Valentin Tereshenko, Spirali, Milan, 2007, édition trilingue,280 p.,130 ill.
Eloge de l’intolérance, La révolte et le siècle, 1905-2005, Punctum, nov.2006.
Manifeste pour une vieillesse ardente, Zulma, 2005, 170 p.
L’érotisme, « Que sais-je ? », PUF, n°3637, 2003, 128 p.
L’Ile des Morts, de Böcklin, Séguier, 2002, 4 ill., 74 p.
Marcel Duchamp/Enzo Nasso, Spirali/Vel, Milan, 2000, édition trilingue, 194 p. 80 ill.
Cinéma, Psychanalyse & Politique, Séguier, 2000, 368 p.
King Kong, Carré Ciné, Séguier, 1999, précédé de “Kong et le Kosovo”, 64 p.
Poèmes en forme de noeuds, suivis de dix haïkus un peu dénoués, Paris, 1998, 54 p.
Cent fleurs pour W. Reich, nouvelle édition, Payot, 1998, 412 p.
Duchamp, Ce Mécano qui Met à Nu, Hachette, sept.1996, réédit. 2006,142 p.
Allah recherche l’autan perdu, (Le Poulpe) Baleine, 1996, 210 p.
La psychanalyse politique, “Que sais-je?” n°2948, P.U.F., 1995, 128 p.
Psychanalysis entre chien et loup, Imago, 1984.
Les Dits d’Éros, poèmes, éd.Via Valeriano, Marseille, 1994, 90 p.
Freud, nouvelle édition augmentée, Belfond, 1992, 384 p.
Éros de Péguy, la guerre, l’écriture, la durée, P.U.F., sept.1988, 230 p.
Ruptures sur Henri Michaux (dir.) Payot, 1976, 260 p.
Geza Roheim et l’essor de l’anthropologie psychanalytique, Payot, 1972, 320 p.
La folie politique (dir.), Payot 1972, 230 p.

(Ouvrages, pour la plupart, à la Librairie Des Femmes)

01/07/2008

Antoine Wicker remarque "Le temps du tableau" (Dernières Nouvelles d'Alsace, 6 juin 2008)

f2c1d2ed1ac3c193acf2fe868204e7ef.jpg Les Poétiques de Weinzaepflen

Catherine Weinzaepflen. Photo Guy Vacheret.

Quel rapport aujourd'hui entre la douleur intime et le sort du monde ? La Strasbourgeoise de Paris réédite Am See, et compose en trois séquences le très personnel inventaire poétique de Le temps du tableau : récit, théâtre, et correspondance - un même Journal, en vérité.

« Il faudrait / avaler sans les digérer / les moments de temps / qui frisent l'éternité / et dans le jour blafard du lendemain / se dire que le temps du tableau / est toujours mêlé...» Nouvelle version donc de Am See, publié une première fois il y a plus de vingt ans, et qui sous le cliché de carte postale convoque un imaginaire que Catherine Weinzaepflen de livre en livre sollicita : l'idée et la sensation de la correspondance épistolaire, du rendez-vous amoureux pris à l'autre bout du monde, du voyage donc et de la villégiature, et du paysage, naturel ou urbain, des villes enfin...

« Au-dessus de la porte d'entrée du café d'où je t'écris, l'image d'un immense paquebot dans un cadre en loupe. Tu vois où je veux en venir... » Qu'importe la destination. Seuls importent l'horizon et l'odeur de la haute mer, ou la perspective des villes. La perspective de Paris même, où elle s'installa en 1977, quittant alors Strasbourg, sa ville natale, qui de sa vie ni de son oeuvre ne s'effaça certes pas : « toujours la pensée de Goethe, lâche-t-elle ainsi au détour d'une page de Le temps du tableau, juste paru. La pensée de Goethe et sa «germanitude» à lui, associée aux tilleuls de la rue Froidevaux à Paris. Aux tilleuls en fleur, « unter den Linden ».

Et du vivant théâtre urbain de son 14e arrondissement parisien elle sait aussi ne se priver jamais - voir les formidables croquis humains qu'elle recomposa en libre journal et roman dans La place de mon théâtre (chez Farrago en 2004). Et sa Jeune fille avec entourage, dans Le temps du tableau, en réussit aujourd'hui quelques autres, de ces croquis et portraits - la jeune fille, l'Africain et le Généreux, le muet, l'enfant et la vieille...
Paris donc, où elle voudrait pouvoir vivre indifférente à la nostalgie mais où l'humeur maussade si souvent la rattrape : « Paris est gris, froid, mort / non / c'est moi / la froide morte grise / d'aujourd'hui ». Où la rattrape le spectacle du monde même : « pluie d'hiver sur Paris / un nouvel avion crashé / dans un monde usé / que l'imbécillité / travaille ». Où ce monde la rattrape et la scandalise, et ressuscite toujours à nouveau en elle la « peur fossile » qui jamais ne l'abandonna : « avril déchiré / par le goût sucré du sang / ils tuent en Palestine (...) / mes dents se cognent / entre mâchoires serrées / de rage ».

Car l'appel de l'autre et l'invitation du large toujours en ses méditations l'emporta, et l'emporte loin, là encore. A Saint-Petersbourg ou à Los Angeles comme au Mexique ou en Afghanistan, en des sites et des villes et des paysages humains où elle se souvient parfois de l'Europe, dit-elle, comme d'une autre planète.
L'avenir il y a longtemps allait de soi, songe-t-elle, et quel rapport aujourd'hui entre les états et douleurs intimes et le sort du monde ? C'est par où s'avance la rêverie de l'écrivain, sa confidence, sa quête - d'amour et d'amitié, et de tendresse. Entre des étincelles d'humanité et les échos des explosifs meurtriers qui ensanglantent la planète. Dans l'intensité humaine et érotique et poétique, incisive autant que bouleversée, qu'entre mémoires et paysages tricote là encore une fois, mariant récit et théâtre et correspondance, le Journal de Catherine Weinzaepflen.

Antoine Wicker

29/06/2008

"Le temps du tableau" par Pierre-Georges Goudiou (Sitaudis)

bbaff30d43165f23d26dc968f690ec36.jpg http://www.sitaudis.com/Parutions/le-temps-du-tableau-de-catherine-weinzaepflen.php

Voilà un livre écrit en vers mais rarissime : le seul, peut-être avec Eugène Onéguine, qu'on puisse lire en continu avec un désir intact du début jusqu'à la cent-trentième page.
Le vers bref ne se met pourtant pas ici au service d'un récit, il donne à voir, d'abord des tableaux (vrais ou rêvés, chacun muni d'un titre) qui tiennent rarement sur une seule page mais ne débordent jamais la seconde, puis défilent les vingt-deux scènes impossibles et pourtant palpitantes, parfumées d'un théâtre imaginaire ; et le continuum n'a pas été rompu, incroyable ... à la fin, tels ces interprètes magnifiques qu'on est confus de voir revenir pour un bis réclamé par leurs seuls proches, l'auteur a glissé une "lettre" en vers également (Migrations) qui aurait eu sa valeur dans un autre contexte mais qui épaissit sans raison le recueil, dommage.
Avant cette chute en trop, CW a réussi le prodige de ne pas lâcher son lecteur, de lui imposer le fil d'une douce, d'une sensuelle tension continue avec des fragments autonomes ; alors, ce lecteur, surtout celui du type envieux parce qu'il lui arrive d'écrire lui aussi en vers, revient sur les exploits pas courants de l'auteur, il cherche à savoir comment ses coups sont montés.
Pas de majuscule, pas de ponctuation, ça coupe et décape, le temps du tableau file droit et vite.
Le montage, voilà peut-être le seul secret de Catherine Weinzaepflen cinéphage, cinéphile, cinélogue,(cf. page 80 le titre dédicace à J.F. Stévenin ) un peu cinoque et beaucoup poète ; chacune de ses fins suscite la faim de la suivante mais impossible de prélever la moindre séquence sans dénaturer le tout.

Pierre-Georges Goudiou

Cette poésie qui nous est chère....

L'objet de ce Bulletin Poésie estival est de vous inciter à découvrir "Le temps du tableau" de Catherine Weinzaepflen et "On dirait une ville" de Françoise Collin. Les deux "marchent" étonnamment bien pour de la poésie, et ont en commun d'être aussi profonds que faciles et de ne plus pouvoir être lâchés dès le moment où on s'aventure à les ouvrir. (Si vous n'aimez pas la poésie, passez votre chemin... Sinon, des détails, des infos, des extraits etc etc Construction hyper organisée, liens à gogo pour approfondir etc)

Comme le remarquait Jocelyne Sauvard dans son superbe article sur Antoinette Fouque l'année dernière, la cofondatrice du MLF (1er octobre 68, date historique), (...) Antoinette Fouque n’est pas que la personnalité aux multiples activités, engagements, et missions, elle est aussi écrivain, au sens du Robert : personne qui compose des ouvrages littéraires. Qui puise au plus près de la poésie. Exemple. « Il pleut. Ciel bas, noir outremer à l’est. Mer formée, lourde, de plomb ou d’obsidienne, selon les fonds. Le petit bouquet du jour, crocus et narcisses, arrive avec le café et mes trois quotidiens… » (...) https://editionsdesfemmes.blogspirit.com/archive/2007/09/22/antoinette-fouque-par-jocelyne-sauvard-sitarmag.html

Depuis deux couvertures de livres, de Clarice Lispector et Hélène Cixous, les plus attentifs avaient pu noter le dessin au feutre sur papier comme autre talent possédé par Antoinette Fouque. A présent et jusqu'à la fin de l'été, ils sont invités à venir voir, au milieu d'une foultitude d'autres illustres artistes (Louise Bourgeois, Niki de Saint-Phalle, Aurélie Nemours, Sonia Delaunay etc voir liste complète en empruntant ce lien : https://editionsdesfemmes.blogspirit.com/archive/2008/06/15/concert-inedit-mardi-17-juin-a-20-h-huit-femmes-compositrice.html) certaines de ces oeuvres à la Galerie des Femmes, 35 rue Jacob.

Mais, revenons-en à la POESIE, puisque nous l'aimons aux éditions Des femmes. Cette année, deux excellentes surprises au niveau de ce genre littéraire : "Le temps du tableau" de Catherine Weinzaepflen et "On dirait une ville" de Françoise Collin. Pour les deux, les premières critiques sont dithyrambiques. Si vous souhaitez recevoir en service de presse l'un, l'autre ou les deux de ces recueils, je vous remercie de me communiquer votre adresse postale. Envoi immédiat. Je vous quitte en vous livrant suffisamment d'informations pour vous donner l'eau à la bouche sur ces deux pépites !

A très bientôt, je suis à votre disposition pour toute mise en relation avec Catherine Weinzaepflen ou Françoise Collin.

23/06/2008

L'Université de Beyrouth suit Françoise Collin !

d438b38050a58637fe367d1a73f4db03.jpgun commentaire sur "On dirait une ville" à paraitre dans la revue des lettres de l'univ de beyrouth

« On dirait une ville »

Françoise Collin

Editions des femmes- Antoinette Fouque

Le texte que propose « On dirait une ville » se donne sous une forme apparemment simple. Mais cette simplicité « trompe l’œil », car en vérité elle transporte une construction complexe, où des flux d’images et de pensées conjoignent rêves, souhaits perceptions et souvenirs qui se croisent, entrent en résonances, se font écho, dessinant en filigrane, une fiction.

On peut lire cette fiction comme une genèse : celle d’une naissance à un monde multiple où la vie ne se soutient que par l’écriture.

Avant, il y a la douleur : un meurtre mal effacé, les sables d’un désert, la confusion des pôles, la folie. Deux enfants nus, desséchés . Peinture inaugurale d’un paysage dévasté, image à la Tarkowski d’un univers sans dieu, livré au vide, à la douleur hantée par l’oiseau doublé d’un ange.

Où chercher l’ombre de sa vie d’abord perdue sinon au delà du désastre ?

Voilà qu’ à l’horizon une forme noire grandit, c’est celle d’une femme qui « avance d’un pas décidé ». Armée de plans et d’instruments de mesure elle choisit et construit non sans joie, son lieu : un chez elle où elle pourra écrire. Alors une ville naît à la place du désert. Est-ce un cimetière ? L’oiseau et l’ange tournoyant autour des restes de la douleur se posent sur le papier en milliers de signes, nous entrons dans le cœur du texte.

Etrange rencontre dans cette ville, que celle des étrangers qui vous font découvrir que vous aussi êtes une étrangère, mais différente d’eux. Etrange, l’appartenance à ses origines, au pays où vous êtes né, à la culture qui a fabriqué votre identité, aujourd’hui vacillante. Tout se trame par petites touches, par petites scènes, par petites histoires. Une galerie de portraits, apparemment. Mais s’y nouent des vœux et des rêves. Tandis que la mort rôde partout voici qu’elle se souvient du temps très long que prend une année dans l’enfance. Tantôt, elle convoque l’inexistence, tantôt elle suspend le temps et son être à une goutte d’eau jusqu’à ce qu’elle tombe.

Mais elle joue le jeu, va à ses rendez-vous, semble faire comme les intellectuels natifs de cette ville, devenue Paris grâce aux noms propres des lieux égrenés ; elle les imite mais eux, qui la renvoient à son étrangeté, sont également pour elle des étrangers, avec leurs mœurs, « leur parler parisien » ; elle va, elle revient dans son quartier proche de la rue Saint Maur, où elle coudoie Africains, Indous, Lettons, Arabes, Turcs,Vietnamiens, mais aussi des squatters dont un breton qui la vole, la boulangère maquillée dès le matin, la chauffeur de taxi épuisée. en fin de journée. Les uns l’irritent, l’encombrent, d’autres l’attendrissent, la grugent, la volent. Elle se sent plus proche de ceux-là que des autres Chacun, chacune son histoire.. C’est un broyage immense dont elle devient le témoin.

Elle joue le jeu certes, mais si elle habite toujours ce monde là qu’elle a rencontré et dont elle fait la plus contemporaine des expériences, il reste qu’elle s’en sépare légèrement, laissant les cris et les paroles résonner « sous elle ».

Ainsi à travers les récits d’aventures quotidiennes sommes-nous reconduits à penser les fils d’un processus qui tressent, étape par étape, le devenir d’une inscription dans un monde perçu comme chaotique.

« Chronique d’un été » , l’intitulé de la seconde partie de ce livre fascinant, célèbre le temps d’une grâce donnée : « Ce qui faisait chemin depuis longtemps est arrivé » . Un vœu s’est posé sur la table : il faut laisser être ce qu’on n’ose pas nommer des retrouvailles, seulement inscrire ce qui les compose et les accompagne. Tempo de sonate : quatre ou cinq mots - un lys, une rose, une cerise – ce sont les notes d’une mélodie, reprises à travers chaque mouvement et composées jusqu’à la fin ; il y a les temps d’allégresse - un oiseau sans nom chante – et les andante des jours immobiles. Il faut retenir son souffle, célébrer un dimanche sur la Lys, entendre le bruit de la tondeuse. C’est un été chaud. Un mot de trop tuerait le miracle en cours. De toute façon il n’y a plus rien à dire. On est au delà de l’adieu.

L’art, le grand art de Françoise Collin tient à sa capacité de suggérer une pensée, un désir à travers la mise en forme d’un détail qui vous tient en arrêt, qu’on exhausse en le nommant dans sa pure nudité. Entre l’Epiphanie joycienne et le Haïku, elle nous tient, dans son style à elle, dénudé, sans pathos. Alors, d’un simple mot à l’autre, l’énigme ne cesse pas de résonner et congédiant tout sens, on peut entendre bruisser le pas du temps, la mort omniprésente, cet indicible réel qui nous hante.

Marie claire Boons-Grafé