Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2007

Le SEUL témoignage d'une jeune femme maghrebine séropositive : "Sheh ! Bien fait pour toi ! de Hacina Zermane & Myriam Mascarello

Le SEUL témoignage d'une jeune femme maghrebine séropositive : "Sheh ! Bien fait pour toi ! de Hacina Zermane & Myriam Mascarello

HACINA ZERMANE EST LA SEULE FEMME MAGHREBINE SEROPOSITIVE A AVOIR ECRIT UN LIVRE TEMOIGNAGE SUR LE SIDA. (avec l'aide de la brillante journaliste Myriam Mascarello, de France 24)

Si vous souhaitez entrer en contact avec elle pour interview, je vous remercie de m'écrire par retour d'émile. Ou de m'appeler 06.84.36.31.85.

Elle est aussi une maman, quatre enfants miraculeusement séronégatifs, qui lui donnent tout l'amour dont elle a besoin pour tenir. Ses enfants de la Vie. Et c'est notamment pour eux qu'elle se bat.

L'action qu'elle mène, soutenue par son éditrice Antoinette Fouque, consiste à maintenir les esprits éveillés sur l'horreur du sida (l'existence pourrie par le traitement médical si rude, dont on ne soupçonne même pas la gène occasionnée etc) et à se défoncer contre la polygamie (c'est par le père de ses enfants, polygame Malien qu'elle a été contaminée).

Le livre rédigé grâce à la talentueuse plume de son amie Myriam Mascarello est gai, follement énergique, le style vif, enlevé, la lecture limpide, agréable, étonnamment littéraire pour un récit de cette nature, sur un sujet a priori froid et médical.

A. Préface de Line Renaud (cadeau ! Chuuuuuuuut ! )

Affronter le sida. Accepter la réalité d'une maladie jugée honteuse. La regarder en face, la nommer, et enfin la combattre. Telle est la victoire d'Hacina Zermane. Une victoire sur des tabous, des croyances, des rumeurs, des menaces, et sur tous les discours qui nient l'existence même du sida. Mais c'est surtout, pour Hacina, une victoire sur l'immense sentiment de culpabilité qui, pendant douze ans, a risqué d'étouffer chez elle toute volonté de riposte.

La maladie : un destin, une punition ? Alors, à quoi bon lutter ? Il faudra que cesse ce sentiment de culpabilité qui remonte à l'enfance pour que le désir d'expier laisse place au désir de guérir. Cela sera possible grâce à de précieuses rencontres, parmi lesquelles celle de l'association Ikambéré. Mais aussi grâce au courage formidable d'Hacina qui ne s'avoue jamais vaincue, qui, malgré tout ce qu'elle endure, a toujours de la force et de l'énergie à revendre.

Ce témoignage émouvant, fruit de la rencontre d'Hacina avec la journaliste Myriam Mascarello, est un enseignement précieux. Parce qu'il est le récit d'une lutte cruciale, une lutte contre toutes les croyances mortifères, contre tous les discours qui endorment et retardent le combat pour la vie.

J'espère qu'il trouvera un écho chez tous ceux et celles qui, parce que leur entourage ne veut pas entendre parler du sida, n'ont pas accès à la prévention, ou renoncent aux soins dont ils ont besoin. J'espère que ce témoignage leur permettra de gagner du temps. Pour que le sida recule encore.

Line Renaud

B. Dalila (le vrai prénom de Hacina Zermane ! - qui est un pseudo !) et Myriam à Ni Putes Ni Soumises

1) Le Mercredi de la Mixité de Ni Putes Ni Soumises , mercredi 5 décembre de 19 h à 20 h 30

Jean-François Laloué, formidable attaché de presse de Ni Putes Ni Soumises ( http://www.niputesnisoumises.com/ ), 01 53 46 63 00, et moi-même nous réjouissons de vous accueillir lors d'une soirée "Mercredi de la Mixité" dédiée à Hacina Zermane et à Myriam Mascarello mercredi 5 décembre à Ni Putes Ni Soumises, 70 rue des Rigoles dans le 20ème. Les deux auteurs à l'honneur seront présentes, dédicaceront leurs livres et répondront à toutes vos questions.

https://editionsdesfemmes.blogspirit.com/hacina_zermane/

2) Le déjeuner des Marraines et Parrains de Ni Putes Ni Soumises du 10 novembre et les projets

Sur invitation officielle de Sihem Habchi, Hacina Zermane a participé le 10 novembre au déjeuner des Marraines et Parrains de Ni Putes Ni Soumises. Elle a noué de solides liens avec Ni Putes Ni Soumises et est en voie de concrétiser, grâce à leurs chaleureux encouragements, sa propre association.

PROJET :

La population maghrébine de France est, aujourd’hui encore, touchée par le VIH/sida de manière importante. L’épidémie de VIH/sida reste pourtant entachée par le tabou et la honte au sein des communautés maghrébines, du fait notamment d’interdits culturels et religieux, en particulier en matière sexuelle, qui pèsent sur leurs membres, notamment les jeunes des quartiers peu favorisés. De ce fait, elle constitue un puissant facteur d’isolement des personnes qui y sont confrontées, personnellement ou à titre familial. Cette situation constitue un obstacle majeur en matière d’accès à l’information, à la prévention ou d’inscription dans une démarche de dépistage et de soins.

C’est pourquoi il semble pertinent d’envisager la création d’un lieu polyvalent d’accueil, d’information, de prévention et d’orientation, à destination de personnes touchées ou non par le VIH/sida et les autres IST.

LIEU :

« La Fauconnière » de la ville de Gonesse (Val d’Oise).

Conçu en référence aux actions menées par Ikambéré (Saint-Denis) et Bondeko (Gonesse), associations partenaires de la personne porteuse du projet, le projet se propose d’offrir la possibilité aux personnes du quartier et, plus largement, de la ville, de se retrouver au sein d’un lieu convivial où leur seront proposées des ressources et activités en lien avec le VIH/sida, les autres IST et la santé sexuelle ou de la reproduction.

ESPRIT :

CONVIVIALITE
INFORMATION
ORIENTATION


C. Colloque Femmes & VIH (30 novembre et 1er décembre)

S'inscrire auprès de catherine.kapusta@club-internet.fr - 01 48 07 80 79 - Théâtre du gymnase - 38 boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris - Programme en pièce jointe

https://editionsdesfemmes.blogspirit.com/hacina_zermane/

D. Le Mag du Val d'Oise (novembre 2007)

Sheh ! Bien fait pour toi !

C'est un témoignage émouvant que le livre de Hacina zermane, qui vit à Gonesse, en collaboration avec la journaliste Myriam Mascarello. Celle d'une femme atteinte du sida qui "lutte contre toutes les croyances mortifères, contre tous les discours qui endorment et retardent le combat pour la vie" comme le dit si bien dans sa préface la comédienne Line Renaud. Editions Des femmes - Antoinette Fouque

http://www.valdoise.fr/

https://editionsdesfemmes.blogspirit.com/hacina_zermane/

E. Les assoc copines

1) Ikambere

Ikambéré est l'un des refuges privilégiés de Hacina Zermane, elle a été la bienvenue immédiatement, a trouvé des soeurs de lumière et de volonté pour la soutenir dans son combat pour l'information et la prévention du sida.

Un clin d'oeil à Aimée, qui veille sur notre Dalila ! http://www.ikambere.com/

2) Femmes positives

Femmes positives est un lieu à part pour les femmes ayant le désir de se réunir pour créer une saine et vitale émulation autour du VIH. Regardez leur myspace, c'est épatant ! Un clin d'oeil à Mlle Georges du Val d'Oise, joignable au 0139872525
http://www.myspace.com/femmespositives

23/11/2007

Avec HACINA ZERMANE !! Femmes & VIH 30 novembre et 1er décembre 2007

Hacina Zermane, auteur de Sheh ! Bien fait pour toi ! (Des femmes, 2006) participera aux ateliers du grand colloque FEMMES & VIH des 30 novembre et 1er décembre prochains...

Je remercie Catherine Kapusta-Palmer qui coordonne ce colloque, ainsi que Francis Gionti de Sidaction http://www.sidaction.org/ et Chantal Belloc de Sida Infos Services http://www.sida-info-service.org/index.php4 pour leur précieux soutien. ( + à Jean-François Laloué de Ni putes ni soumises http://www.niputesnisoumises.com/, à Ikambere http://www.ikambere.com/ et à Femmes positives http://survivreausida.net/m1293-femmes-positives.html)

FEMMES & VIH 1997 - 2007

Où en sommes-nous dix ans après ?

Journées de réflexion du 30 novembre et du 1er décembre 2007

THEATRE DU GYMNASE - 38 boulevard Bonne Nouvelle - 75010 Paris

Renseignements
Téléphone : 01 48 07 80 79
E-mail : colloque-femmes-et-vih@ras.eu.org

30 novembre : première journée

8h15 - 9h : Accueil

9h - 9h45 : Séance d’ouverture
Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports
Présentation du colloque et du groupe Inter associatif : Catherine Kapusta-Palmer

Introduction
10 ans après...Où en est-on?

- Aspects épidémiologiques et sociologiques / La dynamique de l'épidémie chez les femmes : Florence Lot, INVS et Nathalie Bajos, INSERM / ANRS
- L’absence des femmes dans la lutte contre le sida : Michèle Barzach, ancienne Ministre de la Santé, Présidente des Amis du Fonds mondial Europe contre le sida, la tuberculose et le paludisme


1ère table ronde
9h45 – 11h15 : La Recherche

La place des femmes dans la Recherche
- Introduction : Catherine Lebrun - Animation : Claire Vannier, Act Up-Paris
- Les spécificités des femmes face à l'infection : Pr Sophie Matheron, service des maladies infectieuses de l’Hôpital Bichat-Claude Bernard
- La place des femmes dans la recherche : Pr Christine Rouzioux, service bactériologie et virologie de l’Hôpital Necker
- Les données de la recherche : Pr Laurence Weiss, département d’immunologie à l’Hôpital Européen Georges Pompidou

Temps pour les échanges avec la salle


Les nouveaux outils de préventions : bénéfices / risques ?
- Introduction : Christine Aubère - Animation : Frédérique Delatour, Direction Générale de la Santé
- Des outils de prévention au féminin : quels enjeux ? Microbicides, diaphragme où en est-on ? Carine Favier, le Planning Familial
- Femmes et circoncision masculine : quel rapport ? Quel impact en terme de prévention ? : Marie de Cenival, Sidaction
- Tout ce que vous voulez savoir sur les préservatifs féminins …. : Hélène Freundlich, Sida Info Service

Temps pour les échanges avec la salle

11h15- 11h30 : Intermède : Lasko et Jagdish Kinnoo



2ème table ronde
11h30 – 12h45 : Femmes, sexualité et VIH

- Introduction : Danièle Authier – Animation : Brigitte Lhomond, CNRS
- L’évolution des représentations « femmes et sexualité » : Nathalie Bajos, INSERM
- Femmes, sexualité et séropositivité : Marie-Ange Schiltz et/ou Anne-Deborah Bouhnik, CNRS
- Regard sur les femmes, relations multiples et prévention : Isabelle Million, Couple Contre le Sida
- 1997-2007, sexualité et vie amoureuse : Aimée Kéta-Bantsimba

Temps pour les échanges avec la salle

- Les engagements de la Mairie de Paris et du CRIPS : Anne Hidalgo, Présidente du CRIPS Ile de France, Première adjointe au Maire de Paris

12h45 – 14h30 : Pause déjeuner

3ème table ronde
14h30 – 16h : La visibilité des femmes séropositives : un outil de conquête des droits ?

- Introduction : Marie Hélène Tokolo-Mundala, représentante des femmes de l’Association Marie-Madeleine – Animation : Myriam Mercy, Le Planning Familial
- Le lien entre visibilité et statut des femmes : obtention de nouveaux droits : Michelle Perrot, Historienne
- Visibilité et image des femmes dans les médias : Stenka Quillet, journaliste
- Expérience de lutte pour les droits politiques et sociaux d’une association de femmes séropositives :
Donatienne Fétia, Congrès des Jeunes Femmes Séropositives, Centrafrique
- Emergence d’une association de femmes séropositives : Nicole Marchand-Gonod, Association LFMR

Temps pour les échanges avec la salle

16h - 16h30 : Intermède : Clown acteur social, Association Ticassa

4ème table ronde
16h30 – 18h : La mutualisation des actions

- Animation : Carine Favier, MFPF et Anne Kittler, Sidaction
- Genre et prévention du VIH : expériences de Frisse et du MFPF : Danièle Authier, Frisse
- Le projet « femme » dans une association communautaire : Kodou Wade, Afrisanté Marseille
- Une recherche-action au service des femmes en situation de prostitution : Lyla Itoumaïne, GPAL Lille
- Femmes et travail : expérience de « La main fine », Bernadette Rwegera, Ikambéré
- Expérience d’action de prévention auprès des femmes : Véronique et Hélène Burkina Faso
- Prise en compte de la question femme dans une association de lutte contre le sida : Graciela Cattanéo, Aides


18h 30 – Manifestation de la Journée Mondiale de lutte contre le Sida


De 10h à 17h
Atelier permanent : les questions d’accès aux droits et d’accès aux soins pour les personnes étrangères résidant en France sont des questions d’ importance.Les récentes évolutions législatives les rendent plus vives encore.
Un espace de paroles sera à la disposition de celles qui le désirent pour recueillir en toute confidentialité, des témoignages anonymes sur la question des « Droits des femmes étrangères en France ».

Ce recueil permettra de rendre visibles les difficultés rencontrées par les femmes étrangères en France, et de les porter à la connaissance des institutions, des media et du grand public.



1er Décembre : seconde journée

Dans la continuité des « Etats Généraux : Femmes et Sida » de 2004 et 2005, la seconde journée s’organisera autour d’ateliers ouverts aux femmes séropositives et/ou personnellement concernées par le VIH.
Le but de ces ateliers est de formuler des revendications, et/ou recommandations qui seront exposées l’après midi en séance plénière.

9h30 – 12h30 : Ateliers de travail

1- Les représentations de la maladie : Ça se voit que je suis séropositive ? Qu’est ce qui se voit ? Qu’est ce qui me gêne quand je me regarde ? Qu’est ce qui me gêne dans le regard des autres ? Le regard de mes proches (famille, ami-e-s, amant-e-s) ? Le regard de mes collègues ? Le regard des passants dans la rue ? Le regard des travailleurs sociaux ? Qu’est ce que je peux faire et que pouvons- nous faire ensemble pour améliorer notre quotidien ?

2- Le dire, ne pas le dire, témoigner : Dire relève de la sphère privée (je dis mon statut à ma famille, à mon entourage amical, professionnel etc…) ; témoigner relève de la sphère publique (je témoigne de mon expérience devant un public, à la radio, à la télévision etc …). L’objectif de cet atelier est de réfléchir ensemble sur les répercussions du fait de dire ou ne pas dire dans la vie de chacune de dire et/ou de témoigner. Quels sont les bénéfices et les risques, directs et indirects, que les différentes situations comportent ?

3- Prévention et réduction des risques : Voilà plusieurs années que des politiques et des organisations luttent afin de réduire le nombre de personnes contaminées par le vih/sida. Aujourd’hui, personne ne peut affirmer qu’elle n’a jamais entendu parler de cette maladie, ni comment se protéger contre elle ; pourtant le taux de nouvelles contaminations reste encore important. Pourquoi ? Que faire pour réduire réellement les risques ? Quels sont les enjeux ?

4- Corps, désir et séropositivité : Le désir naît dans le regard de l’autre et transforme notre corps en être désirant dans lequel le virus occupe trop de place. Nous nous trouvons alors dans une situation qui pourrait nous sembler sans issue. Nous sommes confrontées à une gestion ardue d’une libido plus ou moins importante, une envie indéfinie, voire une abstinence par peur de contaminer. Et que dire de l’image de soi qui subit les méfaits de l’âge, du virus ainsi que des effets néfastes des traitements ? Comment trouver un équilibre entre toutes ces situations afin de tout simplement vivre le plus paisiblement possible ?

5- Précarité et droits : « La précarité selon la définition de Wresinski, reprise par les Nations Unis est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant aux personnes et familles d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales, et de jouir de leurs droits fondamentaux… » . Cet atelier vise au travers des expériences individuelles des femmes séropositives et de leurs proches, à réfléchir à la façon dont la précarité peut aggraver la maladie et la maladie peut être source de précarité dans tous les aspects de la vie, atténuant ainsi les progrès faits dans le domaine médical. Et au-delà du constat, comment améliorer ces situations ?


14h30 – 17h : Séance Plénière et Clôture
Ouverture : témoignages de femmes par Michèle Heydorff et Valérie Muzetti, comédiennes, Compagnie Juin 88

La séance plénière, ouverte à toutes et à tous, permettra de faire le compte rendu des ateliers et d’établir les recommandations et revendications issues de ces journées.

Clôture : Etty et Jéryka, chanteuses

Renseignements
Téléphone : 01 48 07 80 79
E-mail : colloque-femmes-et-vih@ras.eu.org
Adresse: MFPF
Catherine Kapusta-Palmer
4, square Saint-Irénée
75011 Paris



A ce jour, nous remercions Boehringer-Ingelheim, la DRASSIF, la Fédération Nationale de la Mutualité Française, Fight Aids Monaco, Gilead , la Mairie de Paris, la Mutualité Française Seine-Maritime et Roche pour leur soutien.

11/11/2007

"Sheh !" dans Le Mag du Val d'Oise (novembre 07)

Sheh ! Bien fait pour toi !

C'est un témoignage émouvant que le livre de Hacina zermane, qui vit à Gonesse, en collaboration avec la journaliste Myriam Mascarello. Celle d'une femme atteinte du sida qui "lutte contre toutes les croyances mortifères, contre tous les discours qui endorment et retardent le combat pour la vie" comme le dit si bien dans sa préface la comédienne Line Renaud. Editions Des femmes - Antoinette Fouque

03/10/2007

Joyeux Anniversaire à Hacina Zermane !

Hacina Zermane, auteur de "Sheh ! Bien fait pour toi !", anniversaire le 4 octobre

Demain, jeudi 4, ce sera le tour de Hacina Zermane, auteur du témoignage d'une jeune femme musulmane et séropositive, d'entamer une année supplémentaire de vie.

Vous pouvez noter sur vos agendas les dates du 10 novembre (déjeuner des Marraines et Parrains de Ni Putes Ni Soumises auquel est conviée Hacina Zermane) et surtout celle du 5 décembre où Hacina, accompagnée de sa co-auteure Myriam Mascarello, sera à l'honneur du "Mercredi de la Mixité" de la même association. (19 h - 20 h 30) en raison de l'actualité Sida de la semaine. RDV 70 rue des Rigoles, Paris 20ème (c'est à Trifouillis les Oies, bon courage l'expédition !).

Invitation officielle de Sihem Habchi !

Je tire mon chapeau à Jean-François Laloué, attaché de presse de Ni Putes Ni Soumises ( http://www.niputesnisoumises.com/ ), ayant le sentiment d'avoir gagné en le rencontrant un très bel allié dans "mes" combats de femme, le remercie de son accueil et forme des voeux pour une coopération pérenne avec lui.

02/10/2007

Déjeuner des Marraines et Parrains de Ni Putes Ni Soumises le 10 novembre !! Avec Hacina Zermane !!

Paris, le 02 octobre 2007

Invitation au déjeuner des Marraines et Parrains de NPNS, le samedi 10 novembre 2007

Cher Hacina Zermane,

Le mouvement Ni Putes Ni Soumises organise, pour la cinquième année, son Université d’Automne les 9, 10 et 11 novembre prochain à Dourdan (91).

Tant de chantiers sont à entreprendre, trop de questions restent en suspend… Notamment celles relatives aux rôles des femmes dans les quartiers populaires, aux violences qu’elles continuent à subir et au respect de la laïcité dans tous les espaces publics.

C’est ensemble, avec nos militants, avec des personnalités et des acteurs de terrain, que nous pourrons apporter des réponses concrètes à ces problématiques qui restent au cœur des préoccupations de notre Mouvement. Car Ni Putes Ni Soumises est plus que jamais un mouvement « force de proposition ».

Cette année, des féministes telles que Wafa SULTAN, psychologue américano-arabe, notre marraine Nawal EL SAADAWI, Féministe Egyptienne, Taslima Nasreen, gynécologue et auteure au Bangladesh, ou encore Nilofar BAKHTIAR, Ancienne Ministre Pakistanaise, qui mènent ces combats dans le Monde, au risque parfois de leur vie, seront parmi nous.

Nouvellement nommée « Présidente » de Ni Putes Ni Soumises, je serais très heureuse et honorée, que vous acceptiez de participer au déjeuner des Marraines et Parrains du mouvement, le samedi 10 novembre à 12h30. Ce rendez-vous sera l’occasion de nous rencontrer et d’échanger avec l’ensemble de nos militants.



Avec toute mon amitié,


Sihem HABCHI
Présidente

Mercredi de la Mixité, spécial Hacina Zermane le 5 décembre à Ni Putes Ni Soumises !!!!

Jean-François Laloué, l'attaché de presse de Ni Putes ni Soumises http://www.niputesnisoumises.com/, sensible au bouleversant témoignage de "Sheh ! Bien fait pour toi !", a choisi de convier Hacina Zermane comme d'honneur à sa soirée, "le Mercredi de la Mixité", mercredi 5 décembre ( de 19h à 20h30). Myriam Mascarello sera sûrement là aussi ! Venez nombreux !

Maison de la Mixité
70 rue des Rigoles 75020 Paris
01 53 46 63 00

29/09/2007

Avec la Birmane et la Vietnamienne : une Gonessienne !

Hacina Zermane : Pour le plaisir d'associer à la Birmane et à l'Asiatique, l'incroyable Gonessienne ! (du 95 ! iie Val d'Oise)

Le livre de Hacina Zermane (aidée de Myriam Mascarello, journaliste à France 24) aux éditions Des femmes : Sheh ! Bien fait pour toi ! (fin 2006) Il s'agit du témoignage d'une jeune femme musulmane victime de la polygamie de son mari, séropositive depuis 17 ans, qui se bat pour diffuser l'information, en particulier dans les banlieues, sur cet infâme VIH. Je vous raconterai tous nos projets suite à notre rendez-vous à Ni Putes Ni Soumises http://www.niputesnisoumises.com/ mardi 2 octobre.

(Pour en savoir davantage et avoir l'eau à la bouche concernant l'argumentaire (que pour tout avouer, je ne retrouve pas ! ), attendez !

12/07/2007

Femmes d'Histoires - Histoires de femmes au Château de Bligny

85287-julie-debazac-au-festival-epona-637x0-1.jpgSamedi 7 juillet, la comédienne Julie Debazac et moi avons pris le train jusqu'à Bar sur Aube. Là, nous attendait Yannick Pénagos, à l'initiative de ce nouvel événement littéraire en Champagne, "Femmes d'Histoires - Histoires de femmes". http://laparlote.skyrock.com/ Et une flûte de champagne. La présence de notre maison d'édition était, sur un tel thème, assez incontournable. Samedi, nous avons notamment pu écouter (entre deux flûtes de champagne) s'exprimer dans de passionnants exposés ou en aparté Héloïse d'Ormesson et Gilles Cohen-Solal, Emmanuelle de Boysson, Isabelle Alonso, Xavière Gauthier, Geneviève Moll, Danièle Bour, Elisabeth Barillé, Carole Chrétiennot, Catherine Velle... Une flûte de champagne entre chaque intervention. Une flûte de champagne pour fêter chaque nouvelle rencontre avec l'une de ces femmes de lettres. Apéritif au champagne, dîner au champagne. Rêves de champagne la nuit. Dimanche 8 juillet, la journée a commencé par du (devinez.........) "CHAMPAGNE !" (bravo !) au petit-déjeuner, puis du champagne au déjeuner, avec l'entrée, avec le plat, avec le dessert (et pour le quatre heures aussi !). Bon, pour le champagne, vous avez compris ! Exceptionnel par ailleurs, car il n'a fait tourner aucune tête - même pas la mienne qui y suis spécialement sensible ! Pour les auteurs, après la lecture de son "Stella" d'Anaïs Nin (son livre audio chez nous) par Julie Debazac, Pomme Jouffroy a lu son "Res Nullius", Catherine Weinzaepflen a lu son "Orpiment", François Guéry a lu son "Lou Salomé, génie de la vie" et Michèle Idels a conclu par une présentation des éditions Des femmes. Hacina Zermane faisait partie du voyage, mais elle n'a pas souhaité lire son "Sheh, bien fait pour toi !" préférant laisser la primeur de cet exercice à Line Renaud qui enregistrera bientôt un livre audio de ce témoignage. Le soleil était au rendez-vous, les "stars" ravies de goûter à la vie de château... et votre humble servante logée au couvent de la Soeur Pâquerette ! Un peu déçus de l'insuffisante communication opérée par l'organisateur autour de ce week-end et de la trop faible population du Château de Bligny qui en a découlé, nous en gardons tous un souvenir fort amusant ! (et puis, le champagne........!)

10/07/2007

Combats de femme : Monia Haddaoui et Hacina Zermane (lapidation et polygamie)

Les femmes remarquées et épaulées par Antoinette Fouque dans leurs combats continuent à progresser sur le terrain pour faire entendre leurs voix : Ainsi, Monia Haddaoui, la maman de la jeune Ghofrane lapidée à Marseille http://ghofrane.ifrance.com/ a le soulagement de vous faire part de son retour en guerre pour la mémoire de sa fille et pour que justice soit faite. Les ombres seront levées sur cette affaire de barbarie ("Ils ont lapidé Ghofrane"), Monia fait tout pour. En attendant les suites judiciaires du procès, je partage sa joie d'avoir obtenu un beau local au 68 rue Senac à Marseille pour abriter son association de lutte contre la délinquance. Monia a la chance d'avoir la mairie de Marseille avec elle. De plus, son histoire a tant ému le Président Sarkozy qu'il a repensé à elle pour l'inviter à la garden-party du 14 juillet. La veille, Monia sera reçue par le nouveau Garde des Sceaux, Rachida Dati - rendez-vous important s'il en est tant la loi sur les multi récidivistes tient à coeur à Monia. Le nouveau ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie m'a aussi d'ores et déjà informée de son désir de s'entretenir avec elle.

Autre grande souffrante, la barbarie en moins, Hacina Zermane, l'auteur (avec Myriam Mascarello, journaliste sur France 24) de "Sheh, bien fait pour toi !", le témoignage d'une femme séropositive confrontée à des préjugés. Hacina fourmille d'idées pour créer une association de lutte contre la polygamie (sa séropositivité lui venant de là). Gageons que les militantes de l'Alliance des femmes lui prêteront main forte.

18/06/2007

Retrouver le goût de vivre (Hacina Zermane dans La Bourse)

La Bourse
Séance du lundi 18 juin 2007

Votre économie

Chaque jour, un parcours réussi

"Au contact des autres femmes, j'ai appris à accepter la maladie"

Hacina Zermane, 35 ans, séropositive, auteur d'une autobiographie

Hacina revient de loin. Séropositive à 19 ans, cette jeune femme de Gonesse (Val d'Oise) a failli en venir au pire : "Je refusais de prendre mon traitement et de m'alimenter. Je me laissais mourir." Sa famille n'a rien fait pour l'aider, la poussant au contraire à culpabiliser : "Certains de mes frères ont eu des mots très durs." Dans un ouvrage paru fin 2006, la Francilienne raconte le calvaire de sa maladie.

Née en Algérie, Hacina a grandi dans le quartier de la Grande-Borne à Grigny (Essonne). Aînée d'une famille de cinq enfants, elle connaîtra une enfance douloureuse. Abusée sexuellement par son oncle à l'âge de 8 ans, placée de foyer en foyer, elle fugue pour oublier.

Retrouver le goût de vivre

C'est lors d'une escapade dans la capitale qu'elle rencontre son futur mari, un danseur malien de dix ans son aîné. C'est le coup de foudre. Mais elle n'a que 18 ans lorsqu'elle accouche de son premier enfant, et sa situation se complique. Faute de papiers en règle, son compagnon est expulsé. Elle s'envole alors pour Bamako, l'épouse et fait reconnaître leur mariage en France. Installée à Paris avec sa petite famille, la jeune femme a l'impression de vivre un conte de fées, jusqu'au jour où elle apprend que son mari est polygame et lui a transmis le VIH. "Au début, j'avais du mal à l'admettre parce que j'avais trop besoin d'amour. Je ne voulais pas le perdre. Pour lui, j'ai porté le voile et j'ai vécu à l'africaine." Pensant être ensorcelée, elle consulte des marabouts et se réfugie pendant un an dans la secte de Raël. C'est l'association Ikambéré, soutenant les femmes africaines confrontées au SIDA, qui va l'aider à s'en sortir. "Pour la première fois, je me suis sentie en confiance. L'association a fait beaucoup plus que les médecins. Au contact d'autres femmes, comme moi, j'ai appris à accepter la maladie." Hacina retrouve le goût de vivre et reprend ses 18 kg perdus. Elle entre en contact avec Sidaction, rencontre une journaliste, Myriam Mascarello, qui la pousse à publier son histoire, et Line Renaud qui se propose pour la préface.

Aujourd'hui, cette battante vit à Gonesse avec ses quatre enfants, qui, "par chance, sont séronégatifs", et a engagé une procédure de divorce. Après avoir témoigné dans un spot pour France Télévisions, elle veut créer dans sa ville un contre de prévention contre le SIDA avec un espace diététique. "Avec cette maladie, j'ai appris qu'il faut avant tout manger pour survivre."

Ludovic Luppino

"Sheh, bien fait pour toi !" Editions Des femmes, 84 pages, 5 E